En Guerres

En GUERRES
1914-1918 / 1939-1945, Nantes / Saint-Nazaire
23 février 2013 – 23 février 2014
www.chateau-nantes.fr

EXPOSITION:
Les deux guerres mondiales sont les marqueurs principaux de l’histoire du XXe siècle. À l’approche du centenaire de la Grande guerre, les commémorations se préparent. Pour Nantes, c’est aussi le soixantedixième anniversaire des bombardements de la ville en 1943.
L’exposition du musée d’histoire de Nantes propose, grâce à un travail de collecte auprès de la population nantaise, de présenter ce que les deux guerres mondiales furent aux civils. Près de 450 objets sont exposés, tous parfaitement documentés. D’une grande diversité, ils témoignent à leur façon d’une époque et des sentiments qui s’y rapportent. Elle est accompagnée d’une riche programmation culturelle et scientifique, et d’une publication à destination d’un large public.
Commissariat: Krystel Gualdé
Scénographie: Agence Jean-François Bodin et associés
Graphisme: Yan Stive 

OUVRAGE:
À l’occasion de cette exposition, les éditions du château des ducs de Bretagne ont réalisé un beau livre pour le musée d’histoire de Nantes, s’attachant à présenter la spécificité de l’exposition: le fruit de la collecte réalisée auprès de la population nantaise.
En Guerres. 1914-1918 / 1939-1945. Nantes & Saint-Nazaire, 288 pages, à l’iconographie foisonnante, raconte l’histoire de ces guerres sous un angle nouveau: montrer, à travers ces deux conflits fondamentalement différents, considérés comme  les principaux traumatismes du siècle, les éléments inhérents et permanents de ce que la guerre est à chacun. Les images de ces objets et témoignages collectés auprès de familles confèrent au livre une proximité toute particulière avec les hommes et les femmes qui ont traversé ces « années noires ».
Texte de  de couverture: Traumatismes majeurs, Première et Deuxième guerres mondiales constituent les marqueurs du XXe siècle. À l’heure des commémorations du centenaire de la Grande Guerre et du soixantedixième anniversaire des bombardements de 1943, l’exposition nantaise et son catalogue ont choisi de raconter, à travers ces deux conflits fondamentalement différents, ce que la guerre est aux civils.
Une collecte lancée en 2008 a suscité l’engouement de la population, qui a fait don au musée d’un grand nombre de pièces – autant d’histoires d’hommes et de femmes. Objets du front et de l’arrière, correspondances de poilus de 14-18…, objets évoquant pour la deuxième guerre la présence de l’occupant, la Résistance, la collaboration, les bombardements…, chacun d’eux contient un morceau de guerre: le départ, la séparation, la peur, le deuil, l’incompréhension, le courage, la solidarité, l’exemplarité, la lâcheté, l’abandon, la trahison… Ces objets, à la fois singuliers et emblématiques, ont permis, en s’appuyant sur les travaux scientifiques menés depuis plusieurs années, de dresser un tableau captivant et terriblement humain de ce que furent les deux guerres mondiales aux Nantais et aux Nazairiens.

Grâce au soutien de FEDRIGONI France et Italie, et de l’imprimerie Édicolor print, un ouvrage de belle facture a pu être proposé à nos visiteurs et lecteurs.

La fabrication et le graphisme de ce catalogue d’exposition se veulent volontairement épurés et lisibles. Une note contemporaine est apportée au livre par l’utilisation de cinq papiers de création de belle qualité et par e jeu de deux polices ; une impression 5 couleurs ; une tranchefile et un signet anthracites parachèvent le façonnage.
Ces papiers aux touchers délicats structurent l’ouvrage, en forgent le squelette, sur lequel le graphisme vient se poser:

  • l’Arcoprint milk (100g/m2) est utilisé pour l’avant-propos, l’introduction et les annexes ;
  • le Old mill bianco (130g/m2), est le médium dédié à la Première Guerre mondiale. Il apporte le caractère « ancien » au contenu. Son blanc naturel permet notamment de mettre en avant les cartes postales et les photos de cette période ;
  • le Stucco old mill (120g/m2) est dévolu à la Seconde Guerre mondiale. Son blanc est plus lumineux, plus moderne. Son surfaçage permet de rendre, avec finesse, les matières textiles, métalliques ou picturales...

Aucun vernis n’a par ailleurs été appliqué, afin de préserver les touchers spécifiques des papiers.
Pour la couverture cartonnée, enfin, un jeu subtil entre deux Materica (120g/m2) se crée. Le Materica clay reçoit la une et la 4e de couverture, au graphisme analogue à l’intérieur de l’ouvrage, très sobre. Un simple marquage à chaud « métallique » interpelle le lecteur. Pour les gardes, le Materica aqua a été retenu. Ce dernier a une teinte similaire aux uniformes des poilus.
Chacun de ces papiers s’attache à mettre en lumière le propos et les visuels qui y sont imprimés. Un dialogue délicat s’établit dans le livre, notamment entre le Old mill bianco et le Stucco old mill.